Oman – Partie 3 – Au pays d’Aladdin

8 – Wahiba Sands

Ce matin avant de prendre la route en direction du désert de Wahiba nous faisons un arrêt dans un village traditionnel de maisons en terre. Bon allez, cela fait beaucoup de villages traditionnels aux maisons en terre, nous avons hâte de passer à d’autres paysages, vous aussi?

C’est parti pour un peu d’exotisme! Sur la route en direction du désert on sent que l’on approche…

Nous atteignons la station essence d’Al Wasil à la mi-journée, point de rendez-vous avec notre contact bédouin. Nous avons réservé par texto il y a quelques mois et entre temps, Amur, notre hôte a perdu son téléphone et du coup notre résa! Pas de souci en l’appelant la veille il nous envoie son frère pour nous récupérer et nous aider à dégonfler nos pneus au garage d’à côté avant de prendre la route des dunes!

Après une demi-heure de route à toute berzingue sur le sable, en suivant tant bien que mal notre guide du jour dans la voiture de devant, nous arrivons à une petite maisonnée au milieu du désert. Ici vit Amur, sa femme et ses enfants Petit Oryx, Nasser et Salem. Meria en arabe signifie Oryx et elle est magnifique, un bijou cette petite avec ses yeux qui pétillent dans les jupes de sa mère. Lorsque nous arrivons Amur n’est pas là mais sa femme nous accueille et nous offre le café.

Une fois le café pris, nous voici au milieu des dunes en plein caniard avec une gentille famille mais qui est bien occupée à ses tâches quotidiennes. Un peu patauds nous essayons d’engager la discussion, finalement c’est avec les enfants que nous partons faire un petit repérage des alentours. Nasser et Salem nous montrent leurs animaux de compagnie, bien différents de ceux auxquels nous sommes habitués et puis on se met à escalader et sauter du haut des dunes derrière la maison, trop fun!

Alors que l’on s’amuse bien avec ses enfants Amur arrive en fin de journée et nous récupère dans les dunes. Nous partons en sa compagnie à la recherche de dromadaires pour une ballade au coucher du soleil. Le hic c’est que les dromadaires sont introuvables ce soir. Ils évoluent en liberté et reviennent généralement le soir pour s’abreuver auprès d’un camp non loin de là. Mais ce soir, le soleil descend de plus en plus vite et pas de camélidé en vue!

On finit par en trouver deux qui gambadaient par là et nous voilà en route pour le sommet des dunes.

Les couleurs sont magnifiques, la chevauchée douce, on rêve d’Aladdin et des milles et une nuits …  ♪ C’est l’instant envoûtant, vole un tapis volant vers la magie des nuits d’orieeeeeennnnt ♪

Le soleil se couche enfin et nous liberons nos montures pour la nuit.

Au retour à la maison d’Amur, sa femme nous a préparé un dîner à base de mouton. On s’installe autour du feu de camp. Amur fait griller une galette de pain sur les braises et nous goûtons au ragoût assis sur une natte. Un millier d’étoiles brillent au dessus de nos têtes dans la nuit noire au dessus des dunes.  Une fois le dîner terminé notre hôte nous indique que nous devons reprendre la route pour aller dormir dans une tente bédouin à quelques dunes de là.

Une fois arrivés au mini camp, Amur s’en va dormir non loin dans le sable au pied de son 4*4 afin que nous nous sentions en sécurité tout en préservant notre intimité pour cette nuit à la belle étoile les pieds dans le sable.

Il est 4h30 du matin le réveil sonne pour que nous allions admirer le lever du soleil dans cette partie isolée du monde.

Nous escaladons les dunes alentours comme des enfants, la lumière du matin est magique.

 

 

Il est maintenant l’heure de quitter la terre des bédouins et surtout Meria notre petite chérie des dunes.

 

 

C’est le cœur gros que nous laissons derrière nous cette famille qui nous a, encore une fois à Oman, tellement bien accueillie.

9 – Wadi Bani Khalid

Avant d’atteindre Sur, nous faisons un arrêt dans un des wadis les plus réputés du pays: Wadi Bani Khalid. Il est en effet splendide et très photogénique.

On se trouve un petit coin tranquille où passer l’après midi dans ce lieu de toute beauté.

Et voilà!

10 – Sur

Cet après-midi relax dans le wadi nous a revigoré pour partir à la découverte de Sur le lendemain. A Sur nous sommes accueils par un couple d’indiens un peu spéciaux. Beaucoup de contact avant d’arriver pour être sûr que l’on trouve leur adresse et que l’on ne dise pas aux voisins que l’on vient par Airbnb mais peu de contact ou de chaleur une fois sur place, cela doit être culturel. En tout cas, leur accueil contraste un peu avec ce que l’on a connu depuis notre arrivée à Oman!

En se baladant près du port, on tombe sur la fabrique de boutres, ces bateaux à voile en bois font la fierté des Omanais. Au début du siècle dernier, ces bateaux voguaient entre Zanzibar, Oman, l’Inde et l’Iran transportant épices et autres raffinements. Aujourd’hui, ils ne servent plus que pour le tourisme et seulement un ou deux bateaux sortent des chantiers chaque année.

Sous une chaleur écrasante nous pénétrons dans le quartier Al Ayjah avec ses ruelles étroites qui débouchent sur la mer.

A Sur comme dans tout le pays, les portes sont remarquables. Lorsque le sultan d’Oman reignait sur Zanzibar, ces portes magnifiques étaient également installées sur l’île africaine.

Nous quittons Sur en direction de la côte des tortues!

Oman – Partie 4 – La côte aux tortues