2016 – Cambodge

on

Le Cambodge, ce petit pays toujours hanté par le génocide d’un quart de sa population il y a seulement quarante ans, promet pourtant bien des surprises. On l’imaginait vert, nature, aux paysages grandioses éparpillés de sourires. Voici notre petite épopée cambodgienne.

Cambodge – Partie 2 – La jolie côte ouest oubliée

Map Cambodge

Notre itinéraire tente de balayer divers aspects du pays: ville, campagne, îles, mangrove, tout y est y compris de nombreux kilomètres.

 

 

 

1 – Siem Reap et les temples d’Angkor

Nous passons la frontière à O’Smach où les transports sont limités car ce n’est pas le poste le plus populaire du pays: on ne pourra donc faire la route qu’en taxi. Etrangement le paysage est vraiment différent de celui de la Thailande quelques dizaines de kilomètres auparavant.

Plus assechée et plus pauvre la campagne qui s’ouvre à nous est assez monotone. Notre taxi s’arrête une petite heure après la frontière pour le déjeuner, il ne parle pas anglais, au petit resto non plus, du coup on attend bien sagement assis sur notre chaise en plastique ce qui vont bien pouvoir décider de nous amener! Une soupe épicée sera la bonne surprise. On sera à Siem Reap en début de soirée pour un premier massage. Ben oui ici c’est un immanquable de la visite.

A la sortie du spa, notre chauffeur de tuk-tuk nous aborde gentiment, il n’a pas de boulot pour le lendemain, il se fait tard et se demande si l’on voudrait bien aller voir les temples d’Angkor avec lui. On se laisse convaincre, adieu notre journée relax, demain c’est la découverte d’une des 7 merveilles du monde. Démarrage tardif le lendemain, on tente d’éviter les foules en réalisant notre parcours l’après-midi et en début de soirée.

Premier arrêt : Le célèbre Angkor Wat

Stratagème plutôt réussi on est tout seuls dans les temples sans compter nos copains macaques qui tiennent la garde.

La visite est magnifique, nous sommes bluffés par l’état de ces temples restaurés après la destruction des khmers rouges.

Deuxième arrêt : Bayon , le palais aux milles visages

Entre deux temples, nous découvrons le paysage aride d’un ancien lac où en saison sèche les vaches viennent maintenant paitre. Sur beaucoup de photos connues du site, Angkor Wat se reflète sur le lac mais depuis l’ an dernier, ce n’est plus possible du fait du changement climatique…

Troisième arrêt :  notre temple coup de coeur, Ta Prohm, encore appelé “jungle temple” ou “Tomb raider temple”.

Laissé à l’abandon plusieurs siècles avant d’être redécouvert par un explorateur francais au début du XXe siècle, ce temple a été rattrapé par la nature, ce qui en fait tout son charme. On se croirait en effet dans le premier épisode de Tomb raider.

Pour le coucher du soleil nous nous asseyons dans un temple un peu plus reculé, avec vue sur la jungle, parmi quelques connaissances (sic!). Quelle journée superbe!

Les jours suivants on se repose, on se balade au marché.

Le soir on profite de la vie nocturne de Siem Reap. On va voir un spectacle d’ Aspara Dance, une danse traditionnelle cambodgienne. Les filles se mettent des bandages sur les mains depuis leur tendre enfance pour pouvoir courber les poignets ainsi.

En pleine nuit, nous sommes réveillés  par une chaleur étouffante, la clim s’est coupée car la ville entière n’a plus d’électricité. La dernière coupure aurait duré trois jours apparemment, cette nuit ce ne sera que quelques heures ouf!

DSCF0875Ce matin on part à vélo dans la fournaise de la ville. On va se régaler dans un restautant avec un bon concept; ici les étudiants sont des jeunes issus de familles défavorisées qui sont recrutés sur le volet selon leur motivation. Les études sont financées entre autres par l’activité du restaurant.

 

DSCF0880Après une année de formation les jeunes sortent avec un métier qui leur rapportera suffisament pour sortir leur famille de la misère. C’est une ONG francaise qui a monté ce super projet. Au fil des jours on se rendra compte qu’il y a quelques restos similaires dans les principales villes du Cambodge.

 

Ce matin, on passe une tête aux “Artisans d’Angkor”, là encore en français dans le texte. Ici les ouvriers montrent leur savoir faire aux touristes afin que ces derniers puissent ramener chez eux de jolis souvenirs issus du commerce équitable.

2 – Battambang

Sous les conseils de mon amie Caro, nous filons maintenant vers l’ancienne ville coloniale de Battambang. Nous voulions y aller en bateau mais la rivière est impraticable là encore à cause du dérèglement climatique. Nous expérimentons donc pour la première fois les transports en commun cambodgien. Le mini-van est bondé et file à fière allure à travers un paysage plus qu’aride. Arrivés en ville, il se met à pleuvoir fortement pour la première fois depuis longtemps, c’est un soulagement pour tout le monde: la saison des pluies pointe le bout de son nez.

Au marché de la ville, les couturières peuvent vous confectionner ce que vous souhaitez pour une poignée de dollars, malheureusement il n’y a plus un centimètre de place dans nos sacs à dos.

On part visiter la campagne en tuk-tuk et sur le chemin on s’arrête devant un barbecue peu commun  au choix: rat grillé ou serpent ?

Au coucher du soleil on s’approche d’une grotte qui habrite environ 6 millions de chauve-souris. Elles sortent toutes dès que le ciel s’assombrit ce qui forme un spectacle (et une odeur) assez surprenant. Elles sont cruciales pour la récolte dans les champs aux environs car mangent les insectes qui infestent les rizières.

Au bord de cette fameuse grotte, les singes sont là, prêts à chipper de la nourriture aux visiteurs qui ne se font pas prier.

Nous passons juste une nuit à Battambang puis le matin nous reprenons la route.

3 – Pnom Penh

Après de longues heures de voyage nous atteignons la capitale, grouillante de monde, de restos de rues et de vendeurs de babioles. Nous tentons la balade mais ici ce n’est vraiment pas facile vu que chaque trottoir est pris d’assault par les divers commerces ou par les voitures qui n’ont pas de parking. On se faufile comme on peut, parmi les enfants qui vendent des bracelets et les quelques touristes du jour.

On cherche le quartier francais partout mais apparement seule cette ancienne poste a survécue aux Khmers rouges.

A la centième proposition de tuk-tuk nous capitulons et rentrons nous mettre à l’abri de la pluie.

On ressortira un peu plus tard dans notre quartier pour divaguer entre les commerces et les vendeurs de rue. Le lendemain, nous reprenons déjà la route pour la côte ouest du pays.


Cambodge – Partie 2 – La jolie côte ouest oubliée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *