Nicaragua – Partie 2 – Le Sud Sauvage

3 – Cabane sur le Rio San Juan

A la sortie de Granada nous découvrons une route sèche et des campagnes désertes. Les déchets sont présents sur le bord des routes un peu partout, les sociétés de téléphone colorent les devantures des petits épiciers, nous faisons un bond dans le tiers monde après le faste de la ville de Granada.

La route est longue mais peu à peu la verdure réapparaît, l’humidité est là, il pleut un peu , puis plus on descend plus des trombes d’eau apparaissent. On s’abrite dans une petite station service pour un poulet frite en compagnie de cowboys, avec du coca et des rockings chairs, vive l’Amérique.

Arrivée, à San Carlos cette petite ville du bout du monde est encore à 3 heures de bateau de notre destination du jour: “Boca de Sabalos”. Pour se faire nous prenons une première lancha, puis une deuxième. Nous sommes les seuls occidentaux à des kilomètres à la ronde, les locaux eux descendent à des arrêts plus improbables les uns que les autres le long de la rivière. Pas de ponton, pas de pancarte, juste un champs en friche où une petite famille a demandé au capitaine de les faire descendre.

Notre arrêt c’est un petit complexe de quelques bungalow où nous sommes peu de touristes en cette fin de saison. Dans cette cabane on se sent libres, on vit quasiment dehors en fait, on récupère de la chaleur et de l’environnement très humide dans un hamac en regardant la vie de la rivière suivre son cours devant nos yeux ébahis.

4 – Réserve Boca Negra

Cette nuit nous avons été réveillé en sursaut pas des hurlements de singes, la réserve derrière nos bungalows grouille de macaques et autres animaux sauvages.  

Ce matin nous avons donc hâte d’aller les rejoindre. A 5h30 nous sommes déjà dans la barque en direction de la réserve Boca Negra. Nous avons préféré cette petite réserve à la frontière Costaricaine plutôt que la plus célèbre Indo Maiz dévastée l’an dernier par un ouragan, les guides et voyageurs qui en reviennent disent qu’il ne reste plus qu’un arbre sur deux encore debout.

Lors de cette ballade de 5 heures dans la réserve nous sommes émerveillés de tous les animaux que nous apercevons : Singes hurleurs, capucins, singes araignées, basilics à foison, iguanes,  grues blanches et noires, vautours à tête rouge, grenouille verte fluo, fourmis géantes, mygales, c’est génial !!

Sur le bord de la rivière…

Dans la jungle …

Au dessus de nos têtes…

Ouah! Quelle expérience mémorable, que de belles images dans nos têtes lors de la sieste de l’après-midi aux heures les plus chaudes dans le hamac au bord de l’eau.

En fin de journée nous partons explorer par nous même la réserve derrière les bungalows. Guidés par les cris nous nous frayons un chemin à travers la jungle à la rencontre d’une famille de singe hurleurs. Nous les observons admiratifs sauter d’arbres en arbres avec une agilité impressionnante. Malheureusement “Tinto” le chien nous suit et l’activité des primates l’énerve alors il leur aboie dessus sans s’arrêter!

Le coucher de soleil à l’heure de l’apéro est d’une beauté que l’on ne peut contempler que sous ces latitudes…

5 – Les habitants particuliers du Rio San Juan

Une nuée de moustiques enveloppe la seule source de lumière des environs : le ponton du lodge. Ne pas respirer quand on y passe sous peine d’en gober quelques uns!

Bien que le soleil soit couché et que nous soyons à des heures de routes de la civilisation, la soirée n’est pas terminée. Ce soir c’est sortie Croco! Les quelques habitants de la localité proposent aux touristes du lodge de sortir de nuit à la recherche de voisins peu communs…

Nos amis de la soirées sont Julio et son père capitaine du bateau. Nous montons à bord de notre embarcation de fortune et pensons partir pour quelques dizaines de minutes de barque à la recherche des caïmans mais non. De l’autre côté de la berge, face à notre cabane se trouve tout une petite famille aux yeux jaunes!!

Les premiers qui sont remontés dans le bateau sont petits mais au fil des deux heures à tourner autour du lodge, les spécimens sont de plus en plus énormes!!

En nous raccompagnant notre guide d’une soirée nous confirme quand même qu’il peut arriver des bricoles à se jouer ainsi d’animaux sauvages. Son père était guide avant qu’il ne se fasse disloquer la main et passe donc le flambeau au fiston. Les crocos quant à eux se font parfois attraper plusieurs fois au cours de leur vie lors de ces ballades nocturne. Notre sentiment est donc mitigé à la sortie: escapade sympa mais tourisme moyennement durable.

Le soleil pointe à peine le bout de son nez ce matin lorsque nous embarquons à bord de notre kayak à la découverte des secrets du Rio San Juan.  Le village de Sabalos se réveille doucement, il est 5h30, les habitants se débarbouillent dans l’eau de la rivière.

 

Nous ramons jusqu’à remonter sur une partie inhabitée de la rivière secondaire. L’eau est calme, les animaux ne nous entendent pas tous arriver.

Sur le chemin du retour au lodge à la rame, les caimans nous suivent où s’écartent dans les roseaux sur notre passage, on aperçoit même une loutre !

Dernier apéro au coucher du soleil, demain c’est le départ pour la suite de notre périple.

Nicaragua – Partie 3 – A la recherche du monde perdu dans la réserve “los Guatuzos”