Vietnam – Partie 3 : La Baie d’ Halong et la capitale

6 – La Baie d’Halong

IMG_2710
N’oubliez pas de couper votre Game Boy avant le décollage de l’avion !

Problèmes techniques et escale forcée imprévue à Hanoi notre avion fait un bruit de casseroles quand il se pose à Haiphong avec 4 heures de retard. De là il reste 180 kilomètres à parcourir jusqu’au petit port de Cai Rong soit … 5 heures de bus local! Le bus s’arrête en permanence, on prend des clients jusqu’à être 2 par siège le tout à une allure complètement démesurée: au pas dans la ville au cas où un client supplémentaire arriverait à se poster entre deux sièges, au galop dans la campagne alentour superbe.

 

On rejoint finalement le port de Cai Rong dans la soirée, un petit hôtel tranquille et une spécialité glacée à la noix de coco et au riz sucré (sticky rice) nous feront passer une bonne nuit. Cai Rong est situé à 80 kilomètres au Nord de la baie d’Halong. Cette baie nommée Tu Long est la sœur d’Halong avec le tourisme en moins. Pas de croisières ou d’hôtels occidentaux mais du calme et des paysages vastes peuplés de locaux. Le matin départ donc à 7 heures sur un joli petit bateau en bois parmi les locaux, la traversée jusqu’à notre destination, Quan Lan, ne coûte rien et pourtant elle est épatante.

Nous sommes plus que réjouis de notre voyage dans ce petit bateau malgré le temps assez couvert qui donne un aspect mystérieux à la baie. Nous mettrons plus de deux inoubliables heures pour rejoindre l’île.

A l’arrivée sur Quan Lan on est déjà moins emballés, la ville est en travaux; entre les rénovations des bâtiments et la construction des bateaux de pêche, c’est loin du calme que l’on imaginait. On décide donc de s’éloigner du port et de traverser l’île vers l’inconnu à la recherche d’un petit paradis. Gloups, de l’autre côté  c’est « Bienvenue à Galaswinga » version vietnamienne! Les bâtiments de bétons se succèdent avec au rez-de-chaussée des karaokés, la soirée s’annonce agitée! On tente tout de même l’expérience dans une petite maison d’hôtes quelques centaines de mètres plus loin de l’agitation en pensant remonter sur Hanoi dès le lendemain matin.

Nous essayons de louer une moto pour s’échapper de là mais pas de boite automatique ni de casque, la journée est déjà bien avancée, nous renonçons donc et nous dirigeons vers la plage. Elle n’est pas superbe contrairement à ce que l’on nous avait annoncé mais bordée d’une dizaine de restos avec karaokés là aussi. Ils sont bizarrement vides à notre arrivée, tout comme la plage. Mais vers 18 heures, quand le soleil commence à redescendre, les vietnamiens arrivent en famille ou en groupe de copains par vingtaines. Soudain la plage est bondée et les selfis vont bon train!

Trop drôle, tellement différent de notre vision de la plage, nous sommes ici aussi les deux seuls blancs becs à prendre le soleil sur une serviette avec un livre ; chose pourtant assez basique chez nous. C’est samedi soir et des clients de l’hôtel nous invitent à venir avec eux voir les feux sur la plage. On se réjouit de leur proposition, on papote avec tout le monde sur le sable avant de partir à la recherche d’un diner. Quelques mètres plus loin on se fait inviter par un groupe de copains à participer à leur barbecue de fruits de mer, on se régale et on fait la fête à grand coup de saqué “fait maison” pour finir dans un karaoké sur le bord de l’eau … vive le Vietnam!!!

Vous l’aurez compris, on restera une nuit de plus sur cette île étrange et très typique, qui loin d’être l’île déserte escomptée s’est révélée le lieu de prédilection des jeunes et des familles de Hanoi et d’Haiphong qui viennent y passer le week-end ou leur vacances. Cette expérience fut très dépaysante. Le lendemain on passe la journée sur une plage un peu plus loin de la fête.

Sur cette plage surtout des pêcheurs, c’est un peu plus ressemblant à ce que l’on imaginait de Quan Lan avant d’y accoster.

Le départ le lendemain est assez incertain puisque pas grand monde ne parle anglais à l’hôtel, pas besoin vu que les seuls touristes en ville sont vietnamiens. On croit comprendre que notre joli bateau en bois repart à 6.30 du matin, on en prend donc le chemin de très bonne heure. Il arrive majestueusement au loin, nous serons les seuls occidentaux de la traversée!

Contrairement à l’aller, le temps est plutôt au beau fixe et le paysage en est sublimé.

En chemin une embarcation s’amarre à la notre, c’est une cargaison de sac de riz; surprenant. Tout comme dans les bus ici, les transports privés se coordonnent pour des livraisons jusque dans des endroits reculés.

Nous nous préparons au long chemin qui nous attend depuis notre petit port perdu de Cai Rong à destination de la capitale avec la fleur au fusil grâce à ce que nous venons d’admirer.

DSCF2122

7 – Hanoi

Lorsque l’on débarque sur le port de Cai Rong on demande aux alentours où se trouve le bus en direction d’Hanoi. On imagine devoir faire 3 escales mais au final un mini-van arrive et nous déposera pour quelques euros directement 5 heures plus tard devant notre hôtel d’Hanoi qui n’est en réalité que le lieu de travail d’un de nos copains rencontré lors de la nuit-barbecue de Quan Lan.

IMG_2772

 

Première soirée à Hanoi sous une chaleur encore plus forte que tout ce que l’on pouvait imaginer. Ici non plus on ne peut pas sortir avant la nuit où un semblant de fraicheur recouvre les rues. On boit un verre sur le trottoir sur nos petits tabourets en plastiques pour admirer la vie autour de nous. Les passants s’arrêtent jouer au badminton en plein carrefour et les filles d’Hanoi sont très jolies et particulièrement bien habillées pour sortir.

 

 

IMG_20160605_211740

 

 

“Le Vietnam est plein de héros” commente le barman quand cette demoiselle se met à tortiller le cable électrique avec une perche métallique pour récupérer son volant de badminton.

 

 

Ce matin nous partons en ville avant la chaleur. On visite le musée des femmes vietnamiennes, elles ont joué un grand rôle dans les guerres d’indépendance du XXe siècle et n’hésitaient pas à prendre les armes. On poursuit par une ancienne université chinoise avant de se faire prendre par la pluie.

Sous le chapiteau qui nous protège du déluge, certains font du yoga, d’autres nous offrent gentiment des mangues que les enfants s’amusent à ramener trempés du parc.

IMG_2761Dès que l’averse ralentit un peu, on fonce dans un taxi. Au bout de quelques centaintes de mètres, le compteur truqué s’emballe tel une machine à sous! On lui demande de s’arrêter, il s’énerve alors et se met à hurler ce qui n’arrive jamais dans la culture vietnamienne. On finit par sortir alors qu’il commence à devenir violent en lui donnant 4 fois le montant de ce que ces 500 mètres auraient dû nous coûter.

Bref, nous voilà sur le trotoir tout trempés et abasourdis avant de rejoindre notre destination; un spectacle de marionnettes traditionnelles sur l’eau, qui n’a du coup plus la même saveur.

Pour notre dernier jour à Hanoi, deux étudiantes nous retrouvent de bon matin pour nous faire visiter leur ville. Vieux quartier, quartier colonial français, lac de l’épée et son temple, on tourne quelques heures en bonne compagnie!

On termine la visite par ce pont construit par les français, un des 5 plus grands d’Asie où passe le chemin de fer.

Nous quittons Hanoi et le Vietnam par le train couchette de nuit qui nous emmène en direction de l’Empire du Milieu.