Vietnam – Partie 2: Poulo Condore et la cité de Hoi An

4 – Con Dao

DSCF1631
Et puis, point non négligeable au fond de la cour notre hôte collectionne les écureuils noirs géants endémiques du coin comme animaux de compagnie!!

Nous atterrissons à Con Dao avec pas mal de retard, on part à la recherche de logement, ce qui s’avère assez complique sur l’ile, pour finir dans un petit homestay où nous avons l’impression d’être les premiers clients. Tout est neuf, pas d’anglais du tout et les propriétaires découvrent un peu l’accueil de touristes, c’est rigolo et très bon marché.

Nous venons sur cette ile en partie pour aller admirer la ponte des œufs des tortues sur la plage de l’ile déserte d’en face. Or, le patron du centre de plongée nous apprend que le business des tortues est lui aussi bien corrompu. En effet, les pauvres bébés se retrouvent en partie dans les aquariums des restaurants du coin pour être dégustés par les touristes chinois prêts à débourser plus de dollars pour cette curiosité. Les œufs seraient également vendus au marché noir et les tortues laissées à rôtir au soleil une fois leurs œufs arrachés. Bref, on se ravise de participer à cette expérience et se décidons à explorer l’ile d’une autre manière ; le lendemain ce sera rando.

Sous une chaleur torride et humide nous souffrons pendant ces 3 heures de marche dans la jungle. Au retour on s’arrête grignoter des fruits au marché, très local, peu d’occidentaux sur Con Dao et pour une fois le marché vend uniquement de la nourriture et pas de copie de vêtements « north face ». Au Vietnam nous aurons donc pu goûter un nombre incalculable de fruits, inconnus et surprenants, quasiment un nouveau fruit par jour!

Chaque fin d’après-midi des trombes d’eau recouvrent l’ile et l’on se refugie dans notre petite auberge. Ce matin nous partons en plongée malgré la pluie qui n’a pas cessée de la nuit, on espère que cela va se lever au plus vite car on est trempés jusqu’aux os sur notre petit bateau.

On tente tout de même le plouf et sous l’eau c’est magnifique.

A peine une éclaircie dans la journée qui aura tout de même été très sympa puis nous retournons nous abriter au port avant la prochaine averse.

Avec l’excuse du coucher du soleil nous louons une moto pour parcourir une partie de l’ile. De l’autre côté, nous atteignons un village de pêcheurs.

Mais au fait, pourquoi Poulo-Condore?

DSCF1667C’est le nom donné par les français à cette ile de Con Dao qui servait à l’accueil de prisonniers réfractaires à la domination coloniale. On y a installé notamment ce qui a été surnommé plus tard comme des “tiger cages” où les résidents étaient enfermés et torturés; on comprend pourquoi ce centre de détention à été construit si loin des regards.

 

Il est maintenant possible de visiter la prison mais nous ne sommes pas parvenus à faire coïncider les horaires d’ouvertures et les averses! Le lendemain nous parcourons l’ile en moto et on se relax aussi un peu… sur la plage de l’aéroport!

Finit de lézarder, nous reprenons un vol direction Hoi An au centre du pays. Un vol pas un bus car plus de 24 heures de bus séparent Saigon de Hoi An.

5 – Hoi An

Nous découvrons la superbe cité de Hoi An sous la lumière de la fin d’après-midi et sommes époustouflés par la beauté du lieu.

Entre les rickshaw et les vélos, les piétons se frayent un chemin, ici pas de moteurs autorisés, la ville est plutôt calme et très bien restaurée selon l’architecture de la période sous domination chinoise. Les lampions éclairent la ville la nuit, on se croirait dans un décor de film.

Bon, on ne va pas se mentir c’est aussi assez touristique et chaque bâtiment voit son rez-de-chaussée colonisé par un magasin de vêtement ou bien un vendeur de lampion mais cela garde quand même beaucoup de charme. Dès le lendemain matin, on s’attèle à l’attraction principale du lieu : le shopping! En effet, les magasins de tailleurs sur mesure sont concentrés ici et on peut se faire confectionner robes et costumes pour des prix sérieux. En 24 heures les vêtements sont ajustés à notre taille avec les matières choisies.

Entre deux magasins, on visite.

Au détour d’une gallerie, on se fait inviter par les proprios à une petite fête improvisée. Ils y sont déjà depuis quelques heures au vu des bières qui roulent sous la table. Ils sont très tactiles et très joviaux, guitare et embrassades ; ils témoignent ici encore de la bienveillance des vietnamiens envers les étrangers!

DSCF1943

Le soir c’est toujours aussi agréable de se balader en ville, la chaleur est retombée et les lampions illuminent la nuit. On se régale de « street food », avec enfin une bonne baguette fraiche, remplie de produits inconnus. La dame va acheter son pain avec son vélo dès la commande passée en nous laissant son stand à garder! Après le sauvetage d’un bébé chauve-souris, abandonné sur le trottoir, aux tenancières de magasins armées de balais, nous rentrons des lampions plein les yeux.

En partant ce matin, nous avons reçu des petits cadeaux de la famille où nous étions logés ; adorable! Nous quittons la ville en direction du Nord du pays avec le regret de ne pouvoir rester quelques jours de plus à errer dans ses ruelles.

Vietnam – Partie 3 : La Baie d’ Halong et la capitale